La plume

de l'Hirondelle

Vague
Hirondelle

Rendez-vous en terrasse de CAFÉ !

« Les cafés sont une vraie table des matières d’une ville et d’une époque » Léon Paul Fargue

« Deux cafés, s’il vous plait m’sieur ! » … Et oui, nous allons enfin pouvoir renouer avec nos cafés et bistrots de quartier. Le cri du garçon de café pour passer la commande, le bruit heurté des chaises pour se rapprocher de son convive, le débit ininterrompu des tireuses de bières à pression, le remplissage des tasses à cafés, l’installation du couvert, les bavardages incessants et cacophoniques des consommateurs … C’est tout cela l’ambiance sonore d’un café où tout va si vite ! Ces lieux de passage sont un spectacle en soi, indissociables de la vie dans la rue, du quartier et de la ville de chacun.

Dès qu’on s’y installe, on bascule dans un monde qui n’est ni son salon, ni sa maison… mais pourtant une sorte d’annexe où l’on peut vivre sans contraintes et être soi-même. En effet, le café est un lieu vivant non conformiste où se brassent toutes les strates de la société : employés, ouvriers, touristes étrangers, hommes et femmes d’affaire, artistes, stars, bourgeois… Ce bouillon de culture populaire est le miroir de la vie sociale et culturelle française. Et c’est ce mélange bigarré qui donne paradoxalement cette impression savoureuse d’être chez soi, tout en vivant une parenthèse dépaysante.

On s’y retrouve pour converser, échanger, se confier, partager un moment convivial, se restaurer à moindre prix, « espionner » avec amusement ses voisins à travers les miroirs, séduire, rêvasser… Bref, c’est un vrai plaisir que de se laisser porter par cette atmosphère unique où l’aléa, l’intempestif, la spontanéité… prennent vie.

Ces espaces de paroles ouverts sur l’extérieur sont une métonymie de la France et notamment de Paris. Ils sont notre poumon et racontent l’art de vivre à la française, notre histoire haute en couleurs !

Comment ne pas résister à l’envie de citer les cafés les plus emblématiques ? Le célèbre Procope, dans le Paris du 17è siècle où l’on goutte le seul brevage que les Turcs savaient faire et qui devient le premier café et lieu de causerie des philosophes des Lumières ? Le Café de la Paix, dans le nouveau quartier percé par le Préfet Haussmann sous Napoléon III, déplace les foules joyeuses, empressées de partager les joies de leur dernier spectacle vu à l’Opéra de Paris… Le mythique café des Deux Magots synonymes de vie artistique et littéraire où venait débattre une ribambelle de poètes tels que Verlaine,  Rimbaud et Mallarmé, mais aussi les intellectuels Simone de Beauvoir et Sartre. Le Flore, La Closerie des Lilas, La Coupole… Décidément la liste est trop longue…

Alors, déconnectez-vous et reconnectez-vous à la vraie vie :  retournez vite dans vos cafés de prédilection pour savourer leur ambiance et refaire le monde, votre monde… avec vos proches !

Article rédigé par Anne-Sophie Tournier, fondatrice et présidente de L’HIRONDELLE
Les autres lettres