La plume

de l'Hirondelle

Vague
Hirondelle

Un été à l’eau … de Cologne ?

« Je respirais, le nez frotté d’eau de Cologne, aux pieds de ma mère » (Colette)

Envie de fraîcheur fruitée, florale ? Bergamote, lavande, fleur d’oranger, citron, romarin, thym… ce mélange subtil hespéridé et aromatique est délicieux. Il réveille les sens, frictionne la peau et répond aux envies actuelles de légèreté, simplicité et de plaisir immédiat.

Évoquer les noms et couleurs des composants de l’eau de Cologne transporte déjà dans un petit coin de paradis où il fait bon vivre : la Méditerranée. Comme si, en s’aspergeant d’eau de Cologne, on se trouvait soudainement à l’ombre d’un cyprès pour s’y prélasser et savourer cette bulle de bien-être.

L’eau de Cologne a toujours occupé une place de choix dans les salles de bain de la grande et petite histoire des français ! La comtesse de Ségur en distribuait avec générosité aux enfants. Madame Bovary tentait de se ranimer en « se répandant sur les bras un flacon d’eau de Cologne ». Napoléon adorait tellement l’eau de Cologne de Jean-Marie Farina qu’il en imbibait son sucre, le fameux canard, pour ragaillardir son esprit et pensait toujours à glisser dans ses bottes un flacon, dont la forme oblongue avait été conçue spécifiquement pour lui, avant de partir au front !

Pourtant, un mystère plane toujours sur les origines de l’eau de Cologne : un certain Giovanni Paolo Feminis, un italien installé à Cologne au XVIIè siècle, en serait l’inventeur : une formule à base d’alcool et d’agrumes inspirée des religieuses ou d’un moine d’orient qui guérirait les plaies ? Vendue à Johan Anton Farina, elle deviendra célèbre au XVIIIè siècle. Son petit-fils Jean-Marie Farina fonde sa maison de parfumerie à Paris que Roger&Gallet achètera en 1840 : cette aqua mirabilis dite « eau miraculeuse » fera le succès de la « Maison du Bonheur » avec l’Eau de Cologne Extra Vieille.

Plébiscitée par les médecins, la vogue de l’eau parfumée est lancée :   l’eau de Lubin, l’Eau de Cologne Impériale de Guerlain composée à l’occasion du mariage de Napoléon III et d’Eugénie… Les maisons Chanel et Hermès s’en empareront, tandis que La Mont St Michel et la Naturelle de Bien-être dans les années 60 transformeront cette nouvelle forme d’hygiène en succès populaire. Et oui, même le Petit Nicolas de Sempé passe à la salle-de-bain pour se frotter à l’eau de Cologne !

Encore aujourd’hui, les eaux de Cologne, aussi différentes et stylées soient-elles, nous invitent à vivre une bien agréable parenthèse ensoleillée et un retour aux sources du bien-être. Alors un petit coup de pschitt rafraîchissant en cet été caniculaire ?

 

Article rédigé par Anne-Sophie Tournier, Présidente de L’HIRONDELLE
Image : Alexandre Roberdet ©
Les autres lettres